PharmaVigi-Global

Home / Departments / Pharmaceuticals / PharmaVigi-Global

PharmaVigi-Global

Après la pire catastrophe pharmaceutique de l’histoire (Thalidomide-Phocomelia, 1957), en 1968, lors de la 16e Assemblée mondiale, la résolution 16.36 appelait à «une collecte systématique d’informations sur les effets indésirables graves des médicaments au cours du développement et en particulier après la mise à disposition des médicaments. à usage public ». Cela a conduit à la création du Programme International de Pharmacovigilance (PIPV) de l’OMS

L’OMS promeut la pharmacovigilance (PV) au niveau des pays. Initialement, les membres du PIPV de l’OMS étaient composés de 10 pays. En janvier 2016, 123 pays avaient adhéré au PIPV de l’OMS et, en outre, 28 membres associés attendaient d’être membres à part entière. La plupart des pays d’Afrique de l’Ouest sont membres à part entière du PIPV de l’OMS.

Les États membres du PIPV de l’OMS soumettent à la base de données mondiale de l’OMS, VigiBase, des rapports sur les effets indésirables associés aux médicaments, connus sous le nom de rapports de sécurité individuelle (ICSR).

VigiBase est géré et entretenu par le Centre collaborateur de l’OMS pour la surveillance internationale des médicaments, connu sous le nom de Centre de surveillance d’Uppsala (UMC). En octobre 2014, plus de 10 millions de rapports d’effets indésirables ont été signalés dans VigiBase. Les données dans VigiBase sont enregistrées de manière structurée et complète pour permettre la détection de risques potentiels pour la sécurité des médicaments.

Les objectifs de la PV sont d’améliorer les soins aux patients et la sécurité des patients en relation avec l’utilisation des médicaments; et soutenir les programmes de santé publique en fournissant des informations fiables et équilibrées pour évaluer le profil risques-avantages des médicaments.

En avril 2015, l’OMS a lancé VigiAccess. Il s’agit d’une nouvelle application Web permettant à toute personne d’accéder aux informations et encourage la notification des effets indésirables des médicaments.

Reconnaître les effets indésirables des médicaments sur le Web,  le WEB-RADR est un projet financé par des subventions dans le cadre d’une collaboration entre l’Union Européenne (UE) et de la Fédération européenne des industries et associations pharmaceutiques.

WEB-RADR travaille sur l’obtention de deux résultats clés:

  • une application de téléphonie mobile pour signaler les effets indésirables suspectés par les professionnels de la santé et les patients aux régulateurs de l’UE;
  • de nouveaux outils techniques pour l’exploration de données des messages accessibles au public partagés sur les réseaux sociaux ; outils explorant le potentiel des réseaux sociaux en tant que source de renseignements sur l’expérience des patients.

Grâce à la collaboration entre le projet WEB-RADR, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Centre collaborateur de l’OMS pour la surveillance internationale des médicaments, le Centre de surveillance d’Uppsala (UMC) et le MHRA, une version multinationale générique de l’application nommée Med Safety est disponible pour une adoption plus large. Elle a été lancée au Burkina Faso, en Zambie, en Arménie, au Ghana, en Éthiopie et au Botswana.

Le programme Observational Health Data Sciences and Informatics (ou OHDSI, prononcé “Odyssey”) est une collaboration interdisciplinaire visant à faire ressortir la valeur des données de santé grâce à des analyses à grande échelle. Toutes les solutions sont open-source.

L’OHDSI a établi un réseau international de chercheurs et de bases de données sur la santé observationnelle avec un centre de coordination central situé à l’Université Columbia.

Les Fondateurs d’EQUIMED GROUP et l’équipe dirigeante participent activement à ce magnifique projet en contribuant sur les plateformes du forum et en partageant les résultats de leurs travaux scientifiques.